Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

L'histoire de Dammarie-lès-Lys

Quelques repères historiques

Juin 1244 : La Reine Blanche de Castille, qui était désireuse de fonder un monastère de cisterciennes près de Melun, sa résidence préférée, ordonna sa construction sur les terres du hameau de Dammarie. Cette Abbaye, sœur jumelle de Maubuisson, fut l’une des plus importantes de l’Ordre de Citeaux.

Abbaye du Lys 2

 

Juin 1248 : Signature de la charte de fondation de l’Abbaye et établissement des premières religieuses.

13 mars 1253 : Après la mort de Blanche de Castille, son cœur fut solennellement transféré à l’église du Lys par Renaud de Corbeil, évêque de Paris. Ce cœur disparut à la Révolution.

4 août 1358 : Une bande de soudards navarrais, marchant sous la bannière de Charles-le-Mauvais, roi de Navarre, pénétra dans l’île de Melun. Tous les villages situés sur les territoires de la rive gauche de la Seine, dont Dammarie-lès-Lys, furent livrés au pillage et à la dévastation. Cette guerre de Cent Ans n’épargna pas l’Abbaye du Lys ; plusieurs de ses bâtiments furent incendiés et détruits après avoir été pillés. Il faudra presque deux siècles aux cisterciennes pour reconstruire l’ensemble.

17 juin 1359 : Le Dauphin, accompagné de Du Guesclin, se préparant à attaquer Melun assiégé par les Anglo-Navarrais, établit son quartier général dans l’Abbaye.

1420-1429 : Durant près de dix ans, Melun et sa région furent sous la domination anglaise jusqu’à l’arrivée des armées de Jeanne d’Arc en 1429.

1633 : Pour la première fois dans toute l’histoire de notre commune, on ouvrit un registre des baptêmes, des mariages et des inhumations en vertu d’une ordonnance royale de 1539.

18e siècle : L’Abbaye du Lys, mal gérée, perdit progressivement tout renom. La Révolution achèvera sa ruine. Après le départ des dernières religieuses, en 1792, la démolition de l’édifice fut ordonnée. Seuls subsistèrent le pavillon Chaussy (aujourd’hui le Centre des Musiques Didier Lockwood), quelques parties du cœur et du transept de l’église. L’ensemble fut achevé par des particuliers. Ce qui restait de l’Abbaye fut transformé en ruine romantique.

19e siècle : Début de l’industrialisation de la Ville avec la construction du chemin de fer Paris-Lyon-Marseille, l’implantation de la brasserie Grüber (1855), la fabrique des chaux et plâtre (1865), la bonbonnerie Jacquin (1873).

20e siècle : De grandes usines s’installent sur le territoire de la Ville : Delattre (1911), Idéal Standard et Everitube (1925-1927). Mais la récession économique des années 70, suite au choc pétrolier, entraîne la fermeture de plusieurs usines.

1926 : Les bâtiments, inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, furent classés quatre ans plus tard.

1968 : Début de la construction de la Plaine du Lys (environ 10 000 habitants aujourd’hui) qui s’achèvera en 1975. Une politique de réhabilitation de ce quartier fut entreprise dès 1983 et se poursuit aujourd’hui avec le Programme de Rénovation Urbaine..

1993 : Cette année a marqué le lancement d’une importante opération de restauration et de valorisation des ruines de l’Abbaye du Lys, aujourd’hui terminée.

2006 : Présentation du Programme de Rénovation Urbaine à l’ANRU. Ce vaste programme se déroulera sur cinq ans.

renovation urbaine

 

2009 : Ouverture de la Cartonnerie, l'un de plus importants complexes de loisirs du département.

Cartonnerie

 

2012 : Ouverture de l'Espace Pierre Bachelet (EPB). C'est la plus grande salle de spectacles de Seine-et-Marne. Construit en 2011, il bénéficie de tous les équipements scéniques et d’un confort absolu pour vous faire passer un agréable moment. D’une capacité totale de 2 500 places, les tribunes sont modulables et se rétractent pour laisser place à un parterre libre afin d'y organiser salons ou expositions. Et découvrez sans plus tarder le site Internet dédié à cette salle de spectacle d'exception.

EPB

 

Le blason et le logo

Le blason de Dammarie-lès-Lys trouve son origine dans l'Abbaye du Lys, fondée par Blanche de Castille, reine de France. Le couronnement supérieur des armes symbolise sa construction qui fut à l'origine du développement de la cité, à partir du 18ème siècle. Dans la partie gauche de l'écu, on retrouve les armes anciennes de la Maison de France (d'azur, fleur de lys d'or) et, dans la partie droite, les armes de la Maison de Castille.

Blason

 

Le logo traduit la volonté de la commune d'afficher le visage vivant et coloré d'une ville de 20 262 habitants, fière de son passé et résolument tournée vers l'avenir. On y retrouve des éléments caractéristiques de Dammarie-lès-Lys : la silhouette de l'Abbaye en gris, et la fleur du lys d'une couleur chaude et lumineuse, qui témoignent de l'histoire de la commune : la Seine évoquée par le fil bleu, la forêt symbolisée par la couleur verte qui évoque, également, le dynamisme de la Ville.

logo

 

L'origine du mot Dammarie

A l'origine de l'introduction du Christianisme dans le pays melunais, une modeste chapelle fut élevée sur les bords de la source, s'échappant du coteau qui domine Dammarie-lès-Lys. Cette chapelle dédiée à la Sainte-Vierge fut à l'origine du nom Dammarie (Dame Marie). Des vestiges retrouvés lors de la construction du chemin de fer permettent, cependant, d'affirmer que l'origine de notre commune remonte plus loin, à la période gallo-romaine.

Fiche d'identité

Population : 20 661 habitants
(1er  janvier 2014)
Superficie: 10,23 km²
Altitude : 65m, 48m en bord de Seine, 100m à la Glandée
Densité :
2 006 hab./km2

Code postal : 77190
Département : Seine-et-Marne
Arrondissement : Melun
Intercommunalité : Communauté d'agglomération Melun-Val de Seine

Maire: Gilles Battail