Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

GROUPE « DAMMARIE CITOYENNE » ÉTÉ 2017

 

Circuits courts : en quoi manger local est-il un enjeu de société ?

Historiquement, les villes se sont établies sur les terres les plus fertiles pour pouvoir nourrir leur population. En grandissant, elles ont, paradoxalement, consommé leur propre espace nourricier. Ville et agriculture se sont ensuite peu à peu tourné le dos : la ville allant chercher des produits toujours plus loin, l’agriculture se spécialisant et répondant aux logiques de marché. Aujourd’hui, le système alimentaire n’inspire plus vraiment confiance : les distances, les intermédiaires et les scandales alimentaires se sont multipliés. Et les plus modestes n’ont pas forcément le choix de se tourner vers les produits de qualité. Dans ce contexte, les circuits courts répondent, en partie, à une reprise en main de notre alimentation. Aujourd’hui, l’urgence écologique nous oblige à retisser des liens entre les territoires urbains et ruraux et à réfléchir à une agriculture urbaine. Les circuits courts, par la proximité producteurs-consommateurs et la suppression d’un maximum d’intermédiaires, permettent mécaniquement de ne pas faire peser sur le consommateur un prix trop lourd et d’associer le consommateur à la production. Sous couvert de contrôle d’un cahier des charges sans pesticides, ils assurent une consommation respectueuse de l’environnement. Réduire les distances de transport est incontournable dans une ville où 95 % des livraisons de marchandises s’effectuent en camions. À ce titre, les circuits courts représentent un progrès à la fois environnemental et social. Plusieurs études ont démontré que les habitants des quartiers populaires étaient plus frappés par l’insécurité alimentaire. L’alimentation participe aussi à l’aggravation des inégalités sociales. Le Conseil de Paris a adopté, sur proposition du groupe communiste-Front de gauche, le dispositif dit des « 4 saisons solidaires ». Il vise à promouvoir une alimentation saine, de qualité, accessible à toutes et à tous et issue de l’agriculture paysanne et biologique en circuit court. Cette innovation locale va mettre en place des halles alimentaires qui se veulent aussi être des lieux d’accompagnement pédagogique auprès des enfants et des familles. Les éléments de traçabilité et la juste répartition du prix sont indiqués. Il faut favoriser le recours aux circuits courts et à l’économie sociale et solidaire dans les marchés publics.
Vincent Benoist – Margot Cimic
dammarie.citoyenne2014@gmail.com
Cheminement
Fiche d'identité

Population : 22 099 habitants
(1er  janvier 2019)
Superficie: 10,23 km²
Altitude : 65m, 48m en bord de Seine, 100m à la Glandée
Densité :
2 006 hab./km2

Code postal : 77190
Département : Seine-et-Marne
Arrondissement : Melun
Intercommunalité : Communauté d'agglomération Melun-Val de Seine

Maire: Gilles Battail