Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Groupe "Unis pour Dammarie-lès-Lys" - Mars 2015

Depuis plusieurs mois tous les pays européens connaissent une sortie de crise lente mais véritable. Tous, sauf la France qui peine à créer de la richesse (1 % de croissance) et donc qui ne réduit ni sa dette, ni son chômage de manière durable.
Dans une économie globalisée, un contexte favorable comme celui que nous connaissons devrait pourtant entraîner notre pays sur la voie du redressement promis depuis trop longtemps. Mais le prix du pétrole à la baisse, l’euro faible et les taux de la BCE n’y font rien, la France reste à la traîne faute du courage politique nécessaire aux réformes structurelles.
La loi Macron est l’exemple parfait de l’écartèlement de la majorité de gauche, si majorité il y a encore, entre une ligne réformatrice et une autre conservatrice. Il ressort de cet équilibre politique, fruit des accords électoraux passés, une impossibilité à mener les changements nécessaires sur le long terme et parfois désagréables à court terme. Même si nous regardons la loi Macron avec un regard critique, parce qu’elle ne va pas assez loin, force est de constater que l’esprit qui en était à la base, libérer l’économie, va dans le bon sens. Le risque à ne pas réformer (et la fragilité de l’exécutif laisse à penser que toute velléité en la matière est vouée
à l’échec) est de poursuivre la dégradation des indicateurs économiques et donc, in fine, de rendre le quotidien des Français de plus en plus difficile. La conséquence de cette inertie est à notre sens double. Elle est d’abord politique car elle pousse les électeurs à se tourner vers ceux qui, sur la
base de discours caricaturaux, promettent de mener les politiques attendues. Ils n’en feront rien, évidemment, comme le montrent tous les exemples en Europe. Les succès électoraux des extrêmes, gauche et droite confondues, conduisent toujours à des impasses dramatiques car la réalité est bien plus complexe que les idées simplistes qu’ils professent.
La seconde est que la défaillance de l’État fait peser sur les collectivités la responsabilité d’accompagner les plus fragiles.
Alors que leur nombre augmente et que les dotations de l’État baissent, nous devons faire face à un accroissement des sollicitations en matière de solidarité. La Mairie, parce qu’elle est l’échelon de proximité et qu’elle est jugée digne de confiance, devient le réceptacle de toutes les demandes
qui se sont perdues dans les limbes de l’administration et de son mille-feuille que personne n’a le courage de défaire.
Nous ne pouvons plus attendre. Réformons !

Cheminement
Fiche d'identité

Population : 22 099 habitants
(1er  janvier 2019)
Superficie: 10,23 km²
Altitude : 65m, 48m en bord de Seine, 100m à la Glandée
Densité :
2 006 hab./km2

Code postal : 77190
Département : Seine-et-Marne
Arrondissement : Melun
Intercommunalité : Communauté d'agglomération Melun-Val de Seine

Maire: Gilles Battail